Agir avant qu'il ne soit trop tard !

 

Les risques psychosociaux recouvrent des risques professionnels qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés. Ces risques peuvent entraîner des pathologies professionnelles telles que des dépressions, des maladies psychosomatiques, des problèmes de sommeil, mais aussi favoriser des troubles musculosquelettiques, des maladies cardio-vasculaires voire entraîner des accidents du travail.

 

Le stress au travail peut être définit ainsi : c'est un déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui imposent son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. On distingue les situations de stress aigu (quand une personne doit faire face à un événement ponctuel) et des situations de stress chronique qui ont des conséquences sur la santé des salariés.

L'origine des risques psychosociaux est multiple :

  • contenu du travail à effectuer (monotonie, surcharge ou sous-charge de travail),
  • organisation du travail (rythme, exigences contradictoires, absence d’objectifs),
  • relations de travail (manque de soutien, reconnaissance),
  • environnement physique (bruit, chaleur, manque d’espace),
  • environnement socio-économique (concurrence, incertitude sur l’avenir de l’entreprise).
     

 L’absentéisme, le turn over, la fréquence des conflits interpersonnels et des plaintes sont autant de signaux d'alarmes, auquels le CHSCT se doit de réagir.

La loi rend responsable l'employeur de la santé physique et mentale des salariés.

 

Les objectifs du CHSCT sont :

  • de comprendre la nature des risques,
  • de sauvegarder la santé des salariés,
  • de se faire assister d'un expert agrée pour défendre au mieux les intérêts des salariés.

 

Le contexte de l'intervention de l'expert agrée CHSCT :

Le CHSCT doit inscrire la question à l'ordre du jour et procéder au vote.

La délibération doit être rédigée de façon précise :

  • rappel des faits qui motivent la demande d'expertise,
  • précision du choix de l'expert agrée (nom du cabinet),
  • détail du cahier des charges demandé à l'expert agrée,
  • désignation de la personne du CHSCT pour prendre contact avec l'expert et assurer la coordination.

 

La mission de l'expert agrée :

L'expert va mettre en lumière l'origine des risques psychosociaux, et en proposant une politique de prévention, afin d'éviter les situations de harcèlement, les situations stressantes et de parer aux tentatives de suicides.

L'expert est rémunéré par l'employeur.

Il doit être agréé "santé et sécurité du travail" par le ministère du Travail.